Communiqué du R.I.T.M.
samedi 18 octobre 2014, par Admin - 2 commentaires

En se déplaçant au ministère nos élus avaient demandé un médiateur.

Le RITM avait cru comprendre que la réunion au Ministère avait été fructueuse puisque l’État jouant son rôle de « facilitateur » (je cite) devait charger le préfet de nouer le dialogue sur les liaisons maritimes, celui-ci jouant le rôle de médiateur.

Le lendemain nos élus étaient invités à rencontrer directement M. Goulard… sans qu’il soit question de médiateur. La médiation aurait consisté en un coup de téléphone du préfet à M. Goulard suivi d’une réunion de calinothérapie avec ce dernier. Ce n’est pas acceptable. Nos maires sont lâchés.

Il faut être clair : y a-t-il un médiateur oui ou non ? Si oui quand les représentants de la population doivent-ils le rencontrer ?

De plus, nos maires doivent-ils aller seuls en première ligne au Conseil général alors qu’il existe semble-t-il un conseiller général à Belle-Île ? Il est vrai qu’on n’a pas entendu celui-ci s’exprimer au cours des réunions publiques bien qu’il ait été présent. Sait-on même comment il va voter ? Pourquoi n’était-il pas à la table des maires ? Pourquoi le jour de la grande manifestation à Vannes a-t-il réservé ses interviews à la télévision en prenant bien soin de ne pas être trop vu et en récupérant le mouvement comme s’il l’avait suscité ? Sourire….

Quant à cette rencontre de jeudi des Maires tout seuls avec le président du Conseil Général, hors médiation, a quoi a-t-elle abouti ?

- Les Maires portés par la population exigeaient une prolongation de la DSP ce qui est la meilleure solution, tout à fait possible juridiquement mais qui risquerait de coûter un peu d’argent - ce que M.Goulard ne veut pas entendre - et un peu de souci au délégataire qui voudrait bien revoir ses nombres de rotations et ses tarifs. D’où le refus - je cite « la demande de prorogation n’a pas été retenue car jugée trop risquée financièrement, trop coûteuse et non souhaitée par le délégataire » ( ce dernier semble curieusement très - ou plutôt trop - écouté)

évidemment….

- Voulant à tout prix préserver la qualité du service public dans l’intérêt des usagers résidents principaux, les élus exigent le maintien de 7 rotations minimum comme avant. Supprimer une rotation ne représente que 0,018% du budget carburant et ne dégage aucune économie sur la masse salariale. Ce sujet semble ne même pas avoir été abordé.

M. Goulard a cru – ou voulu - endormir son monde avec quelques « avancées » sur les tarifs et la promesse d’une grille tarifaire. Il s’imagine que parler « tarif » lui vaudra des applaudissements unanimes…

Le RITM ne peut tolérer un tel mépris des élus de l’île qui rejaillit sur la population. Il comprend et partage la colère des Bellîlois. Il ne pense pas en revanche que des actions comme le blocage des bateaux, qui entraînent des mesures de rétorsion – en elles mêmes mesquines, injustes, voire illégales, soient à ce stade opportunes.

Le RITM peut se demander si le conseil général n’entretient pas la colère pour provoquer des débordements et par ce moyen diviser la population …..

Le RITM doit obtenir en tout état de cause que soient apportées des réponses positives et précises sur les tarifs et le nombre de rotations. Il saura au bon moment montrer sa détermination."

2 Messages de forum

  • Communiqué du R.I.T.M.

    18 octobre 2014 12:39, par renovy

    Bjr je n’ai pas le sigle "RITM" dans mon dico, merci ! ! !

    • Communiqué du R.I.T.M. 20 octobre 2014 10:18, par Voldemor

      Il y a une invention géniale qui pallie au dico ça s’appelle un moteur de recherche et hop :
      RITM Rassemblement Insulaire Des transports Maritimes (c’est une assoce belliloise)