JET D’ENCRE Numéro 4 - Août 2012
vendredi 24 août 2012, par Admin - 1 commentaire
PDF - 6.2 Mo
COCIG - JET D’ENCRE N°4 - août 2012
SPECIAL BATEAU SPECIAL BATEAU SPECIAL BATEAU
__________
EDITORIAL
Le transport maritime, vital pour les insulaires

Rappelons la situation particulière de l’île de Groix parmi les autres îles du Ponant (Yeu, Belle-Ile, Sein, Ouessant...) : une île à 45 mn du centre d’une grande ville, Lorient, avec tous les services s’y afférents (administrations, hôpital, commerces, entreprises, etc...).

C’est le passage obligé des échanges économiques et sociaux avec le continent. Le transport maritime approvisionne l’île en énergie (carburant, gaz), en produits alimentaires, en matériaux, la presse, etc... Le roulier transporte des Groisillons qui vont travailler sur le continent, des enfants à l’école, des malades à soigner... des continentaux qui travaillent sur l’île.

C’est le passage obligé pour les relations humaines avec le continent : recevoir ou aller voir sa famille, des amis, des groupes musicaux, des équipes sportives... Le bateau est un véritable cordon ombilical avec le continent et c’est la raison pour laquelle nous mettons tant d’ardeur à défendre un service public maritime de qualité, qui doit échapper aux lois du marché.

C’est d’aileurs ce que fait en partie le Conseil général du Morbihan, propriétaire des navires, en subventionnant l’exploitant - le délégataire Océane - qui exploite les lignes vers les îles du Morbihan.

Mais en voulant réduire sa particpation financière à l’exploitation des lignes morbihannaises (Belle-Ile, Groix, Houat, Hoëdic) qu’il trouve trop onéreux (une subvention de 2 millions 692 686 € valeur 2008 sur 7 ans), le Conseil général est en train de nous jouer un mauvais tour. D’une part, en privilégiant avec la complicité de la Compagnie privée Océane, le service de transport maritime pendant les périodes touristiques (il faut le faire, certes !) mais pas au détriment de la population qui tente, tant bien que mal, de vivre à l’année sur le caillou. C’est 1 bateau pendant près de 6 mois l’hiver avec toutes les conséquences néfastes pour les usagers (amplitude de la journée de travail et ses conséquences multiples sur la vie familiale, manque de cohérence avec les heures d’ouverture des établissements scolaires, incidences sur le commerce local...) D’autre part, en asphyxiant, de fait, les activités économiques, sociales, culturelles, touristiques avec une politique tarifaire qui fait de nous, ïliens, des citoyens à part de la République. Notre détermination sur cette question vital du transport maritime doit être le combat de toutes et tous, même si certains pensent ne pas être concernés car c’est l’avenir de nos îles, de notre île qui se joue, et celui de nos enfants !

_______________
HORAIRES D’HIVER 2012-2013

La commission des horaires était convoquée le 12 juillet 2012. A cette réunion participaient des représentants du Conseil Général, de la Compagnie Océane, de la Mairie de Groix, de l’association "Vivre à Groix", des usagers... Le Maire de Groix qui désigne les représentants Groisillons, refuse catégoriquement que le COCIG soit représenté dans cette instance. Présente dans les locaux d’Océane, une délégation du COCIG demandait pourquoi l’un de ses représentants ne pouvait pas siéger à cette commission. Après accord de la représentant du Conseil Général et de la direction d’Océane, le Maire de Groix se voyait contraint d’accepter la présence du COCIG. A l’ordre du jour de cette réunion, était inscrite la question des horaires de la période hivernale du 1er octobre 2012 au 31 avril 2013.

_____

La proposition initiale d’OCEANE à 1 seul bateau, programmait pendant près de deux mois avec le seul "Ile de Groix", un dernier voyage à 19h50 au départ de Groix et un premier voyage à 5h40 au départ de Lorient. L’idée fut rapidement abandonnée. Programmer un voyage aller retour quotidien à ces heures, pratiquement à vide, c’était alourdir un peu plus le déficit de la ligne, bizarre de la part d’Océane qui veut faire des économies.

Les contraintes que devait prendre en compte Océane étaient les suivantes : d’une part, le Conseil Général exige de son délégataire qu’il minimise la période d’immobilisation à quai de "L’Ile de Groix", afin d’en limiter la dégradation ; d’autre part, "L’Ile de Groix" est inadapté à Port-Tudy sauf aménagement du port et ne peut donc rester à Groix la nuit.

Toutes les conséquences néfastes du recours à un seul bateau ont été rappelées, d’abord par les usagers eux-mêmes, ensuite, avec une particulière force, par le représentant des commerçants.

La dernière proposition transmise par OCEANE tempère très légèrement la proposition précédente :
- 6 semaines du 1 octobre au 11 novembre à 2 bateaux
- 6 semaines du 12 novembre au 21 décembre à 1 bateau
- 2 semaines du 22 décembre au 6 janvier à 2 bateaux
- 11 semaines du 7 janvier au 23 mars 2013 à 1 bateau

soit 8 semaines à 2 bateaux dont "L’Acadie" (!) quand le St Tudy est en arrêt technique et ... 17 semaines avec un seul bateau. "L’Ile de Groix" restant à quai 6 semaines d’affilée.

Le COCIG ne peut néanmoins y souscrire. En prenant cette position, il ne s’agit pas pour lui d’afficher une radicalité de principe, mais de tirer la sonnette d’alarme : ce sont les fondements mêmes de la vie sur l’île qui sont menacés par ces retraits successifs du Conseil Général et de son délégataire. Vivre sur l’île et travailler dans une des communes d’agglomération à laquelle nous appartenons en fait et en droit est devenu une galère ; le tourisme qui est à la base de bien des activités de l’île voit son développement menacé par les tarifs prohibitifs réclamés aux visiteurs potentiels ; c’est toute l’économie insulaire qui se voit ainsi compromise par une politique de transport maritime tout entière bâtie sur la prise en compte prioritaire de la période estivale, au mépris des besoins divers de la population résidant à l’année sur l’île.
La question de l’emploi est aussi, pour nous, cruciale. L’hiver dernier, un seul bateau pendant 6 mois d’hiver, c’est le parte de 5 emplois et demi, du personnel saisonnier certes, mais il n’y a pas de "petits emplois" !
Le COCIG souhaite enfin que soit présenté un bilan détaillé des surcoûts annoncés par la compagnie entre 1 et 2 bateaux.

Nous attendons la réponse d’Océane face à la demande de la Municipalité, de l’association des commerçants, des usagers, du COCIG... de conserver deux bateaux en fonction pendant les mois d’hiver. Nous vous tiendrons informés et... si besoin est, nous prendrons des initiatives, tous ensemble, pour défendre notre île !

_______________
VIVRE A GROIX : double langage

Au conseil municipal, l’opposition ("Vivre à Groix") vote, le 23 juin 2011, avec la majorité, une délibération qui nous dit : "Nous constatons que la liaison maritime de Groix sera effectuée au coeur de l’hiver par un seul bateau, le "St Tudy". Nous ne partageons pas ce choix de la Compagnie Océane et du Conseil Général (...) Outre le sentiment d’être les parents pauvres dans cette décision, nous craignons que la principale raison soit budgétaire et que cet usage soit de plus en plus régulier et élargi". Or le représentant de "Vivre à Groix" à la commission des horaires, Thierry Bihan, préfère : "maintenir une qualité de service public avec 1 bateau et 5 rotations que de retomber à 4 rotations avec 2 navires". Et d’ajouter : "Si les finances le permettaient, comme tout le monde, je dirais oui à 2 bateaux, mais ce n’est pas le cas".
"Vivre à Groix" devrait pourtant savoir qu’il y a obligation de 5 rotations (4,97 en moyenne dans le texte de la délégation de service public, annexe 1). Quant au "si les finances...", c’est l’argument de la Compagnie Océane (du groupe Véolia où les intérêts des actionnaires priment) qu’il reprend allégrment, alors que pour nous, un service public ne doit pas être soumis aux contraintes du marché, de la finance mais bien aux services qu’il rend à la population.

_______________
Politique : un gros mot ?

Dans le couloir de la compagnie Océane, le jour de la commission des horaires, le Maire de Groix a interpellé la délégation du COCIG : "Vous faites de la politique".
Eh oui, Monsieur le Maire, nous faisons de la politique, non pas au sens restreint de la politique politicienne, de pouvoir. Nos réflexions, nos actions se situent dans le cadre général d’une société qui devrait avoir pour ambition des notions et pratiques aussi simples que la transparence, le rejet des exclusions, la participation de tous les citoyens aux décisions, l’égalité, etc...
La "Politique" que nous pratiquons a trait au collectif, à l’organisation de notre société et, dans ce cas présent, à la politique du transport maritime si essentielle pour les Groisillons.
Et le Maire de Groix de rajouter que si nous voulions être représentés à la commission des horaires, il fallait d’abord se "présenter aux élections".
Bien étroite conception de la démocratie qui consisterait à élire des représentants pour 5 ans, voire 6 ans... leur laisser les mains libres et au peuple d’attendre le temps qu’il faudra, la prochaine échéance électorale...
Au Collectif citoyen de Groix, nous n’avons pas cette conception étriquée, réductrice de la politique !

_______________
ENVIRONNEMENT

En juin 2011, le COCIG s’inquiétait de la présence de nombreux sacs d’oxyde de calcium et de magnésium (chaux vive) abandonnés, depuis plusieurs mois en plein air, aux quatre coins de l’île (Kergatouharne,...). Transférés dans un lieu plus discret (à 100 mètres de là !), les sacs sont toujours présents et vont bientôt disparaître sous la végétation.
Cela fait plus d’un an que ces sacs contenant des produits dangereux se promènent dans la nature... Sans commentaire !

_______________
Dans la jungle des tarifs

pour parcourir 13 km en 45 mn

Pour un morbihannais ou un parisien, l’aller et retour (A/R) Groix-Lorient, en période estivale, c’est 31,65 € - avec réservation (2 € de réservation)
Pour une personne qui fait souvent la traversée (carte Orange à 83,10 € pour l’année), c’est 7,55 € A/R, 9,55 € avec réservation.
Pour un Groisillon, c’est 5,15 € A/R, même tarif pour un saisonnier qui travaille au minimum 2 mois sur l’île.
A Noël, les grands-parents pour recevoir leurs 2 fils et leurs épouses, leurs 2 petits-enfants (moins de 18 ans) et leurs 2 petits-enfants de plus de 18 ans, devront débourser 180,80 € Aller/Retour.
Nous avons reçu dernièrement un courrier d’un couple de Questembert (Morbihan) ayant 2 enfants de plus de 18 ans, 4 vélos, qui nous disait "être scandalisés par les tarifs pratiqués pour se rendre sur Groix". Avec réservation, cela leur coûtait 206 € Aller/Retour. En comparaison, pour se rendre de Lorient à Pontivy (environ 50 km) en bus, c’est 2 € l’aller.
En train, le trajet Lorient/Auray (environ 30 km), coûte 14 € Aller/Retour. 18,80 € Lorient-Vannes.
Savez-vous qu’un bachelier groisillon bénéficie de 30 allers-retours gratuits dans l’année ?
Il serait souhaitable que le Conseil Général et la Compagnie Océane rendent accessible au public tous les types de tarifs, sur une brochure et sur internet.
Nous souhaitons que vous participiez, au travers de votre expérience, à débroussailler le maquis des tarifs appliqués pour se rendre à Groix.

Ecrivez-nous à : CollectifCitoyendeGroix (COCIG)
Boîte des associations - 56590 Groix ou envoyez-nous un mail à "contact" sur notre blog : http//cocig.org

_______________
Cerise sur le Bateau...

Non content de taxer le citoyen avec un tarif prohibitif pour les familles, voilà que deux parkings payants rackettent ces mêmes citoyens avant d’embarquer pour notre île. L’un privé, est à 10 € la journée et l’autre, un comble, est public. Et c’est la Mairie de Lorient (dont le Maire est aussi Président de Lorient Agglomération) et le Maire de Groix (l’un des vice-présidents de ce même Lorient Agglomération) qui organisent ce racket à 9 € la journée.
Ils n’ont décidément pas honte, les élus lorientais, de taxer ceux qui veulent visiter ou séjourner sur notre île ! On est loin des beaux discours sur la solidarité intercommunale... tous les moyens sont bons pour se faire de l’argent et pénaliser notre île. Merci à eux !

_______________
Ca dépasse les bornes

En installant deux bornes rétractables autour du bourg pour réguler la circulation, la municipalité de Groix "en difficulté financière - parait-il" vient, une fois de plus, de compromettre sa crédibilité en "jetant par dessus bord" 60.000 € (coût de l’installation). En effet, après un accident, la borne est inutilisable jusqu’au mois de septembre, date à laquelle, les bornes n’auront plus d’utilité. Une simple barrièren, pas chère, gérée par la police municipale... et le tour était joué. Faites simple !

_______________
Pratique

Smic mensuel brut : 1.425,67 €
Smic horaire brut : 9,40 €
RSA (personne seule) : 474,93 €
Allocation adulte handicapé : 759,98 € maxi par mois
Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) :
777,17 € par mois (sans ressources)

________________

Collectif citoyen de Groix - Boîte des associations, 56590 Groix
Apportez votre soutien financier au JET D’ENCRE, chèque à l’ordre du COCIG
Pour recevoir "Jet d’Encre" par mail : contact@cocig.org
Blog : http://cocig.org

1 Message

  • JET D’ENCRE Numéro 4 - août 2012

    7 octobre 2012 18:26, par nathalie

    APRES LECTURE, scandalisé.....moi qui souhaite venir m’installer à GROIX, je pensais que tout était fait pour les iliens.... mais malgré ça j’y croix je suis de tout coeur avec vous résistons .... nous sommes des bretons des VRAIS je tiens tjs à venirs m’installer je veux quitter cette vie de fou qui est le continent je veux rencontrer des gens vrais la vrai vie la tranquillité.... bref la pleinitude...
    bisous à vous les gresillois