LE COCIG ECRIT A :
samedi 24 novembre 2012, par Admin - 1 commentaire
PDF - 15.6 ko

Madame Marylise Lebranchu
Ministre de la Réforme de l’Etat,
de la Décentralisation et de la Fonction Publique
BP 10445
75327 PARIS CEDEX 07

Groix, le 22 Novembre 2012

Madame la Ministre,

Le Collectif Citoyen de Groix (COCIG) est une association Loi 1901, qui réunit des habitants permanents et des résidents secondaires soucieux de l’avenir de l’île et des conditions de vie actuelles des insulaires.
La dégradation de la liaison maritime entre Groix et Lorient, l’hiver dernier, nous a conduits à nous mobiliser autour de cette question.
Nous pensons utile de vous faire part de nos réflexions, dans la mesure où notre proposition principale concerne la décentralisation. _ Avant de la formuler, il nous semble toutefois indispensable de vous faire connaître le contexte dans lequel elle s’inscrit.
Dans le cadre de la LOTI, le Département du Morbihan est l’autorité organisatrice de la liaison maritime. Il a délégué la gestion de ce service public à la Compagnie Océane, filiale de Véolia.
Quatre îles sont concernées par cette délégation : Belle-Ile, Houat, Hoedic, et Groix.
Cette situation présente pour les usagers deux inconvénients majeurs :
– Elle ne tient aucun compte des caractéristiques particulières des îles ainsi rassemblées.
C’est ainsi que le dernier roulier construit par le Conseil Général pour assurer la desserte de Groix a été fait à l’image de celui desservant Belle-Ile. Or, les conditions d’accès à Port-Tudy pour Groix et au Palais pour Belle-Ile sont extrêmement différentes, au point que notre roulier "l’Ile de Groix" ne peut passer la nuit à Port-Tudy . Sa taille est également sur-dimensionnée par rapport aux besoins (hors saison touristique), aux capacités du port (les capitaines réclament le retrait d’une ligne de mouillages dans l’avant-port) et aux souhaits de la municipalité (le roulier a été conçu avec un double pont, contre la volonté de limiter le nombre de voitures sur l’île).
– La délégation de service public, telle qu’elle a été rédigée, permet à chacune des deux parties en présence de se renvoyer la balle dès lors que des réclamations se font jour, si bien que les usagers comme la Municipalité n’ont jamais en face d’eux un partenaire à leur écoute.

Certains d’entre nous s’étaient ouverts de ces difficultés à notre regrettée députée, Françoise Olivier-Coupeau, qui nous prêtait une oreille très attentive. D’ailleurs, nous nous adressons également à Gwendal Rouillard, très impliqué dans le fonctionnement de la Communauté d’agglomération.

Par souci d’économie, la Compagnie Océane a décidé, l’hiver dernier, de supprimer l’un des deux rouliers assurant la desserte quotidienne de Groix et de faire effectuer les 5 rotations journalières par un seul bateau. Ce fut ’l’Ile de Groix" qui resta à quai, du fait des surcoûts qu’il génère et de l’impossibilité de le laisser à Groix la nuit. Dans la mesure où le nombre de rotations fixé par la délégation était respecté, le Conseil Général donna un accord tacite.

La dégradation du service fut particulièrement sensible :
– pour les salariés d’Océane : réduction du nombre d’heures de travail, augmentation significative des rythmes de travail (débarquement et embarquement en ½ heure sur certaines rotations), contraintes d’horaires
– pour les usagers, notamment au niveau du confort (absence de chauffage particulièrement pénible pour la traversée de 7h du matin, absence d’infirmerie pour les personnes âgées transportées à l’hôpital et les malades, nuisances sonores, etc …)
– pour les actifs faisant la navette quotidienne domicile-travail, l’adaptation des horaires de traversée à la présence d’un seul roulier ayant pour effet d’augmenter fortement l’amplitude de leur journée de travail (désorganisation de la vie familiale, problèmes de santé, départs définitifs de l’île de jeunes ménages avec enfants, et leurs conséquences multiples sur un contexte insulaire déjà fragile)

Pour toutes les îles, la liaison maritime constitue le cordon ombilical qui les relie au continent, tant en hiver qu’en été. Privilégier les liaisons estivales au détriment des liaisons hivernales, revient à renforcer la fragilité socio-économique des îles et les condamner au "tout tourisme".Pour Groix, la desserte maritime est le support essentiel de son appartenance à l’agglomération de Lorient et l’une des pièces maîtresses de tout projet de développement équilibré.
Le fait que le Département du Morbihan en soit aujourd’hui l’autorité organisatrice ne permet pas à Groix de tirer parti de cette appartenance et de la proximité géographique du bassin de vie lorientais, de tisser les liens organiques indispensables au renforcement de son appareil économique et de son équilibre socio-démographique.
De même nous observons que la desserte maritime n’est aucunement intégrée au projet de PDU de l’agglomération dont nous faisons partie. Au cours de l’enquête publique qui vient de se dérouler, nous avons donc suggéré la possibilité d’un transfert de compétence du Département du Morbihan vers Lorient Agglomération.
Nous avons noté qu’un tel transfert avait déjà eu lieu en ce qui concerne les liaisons Transrade, permettant la desserte coordonnée de quatre communes de l’agglomération. Notre proposition semble donc raisonnable. Placer, sous une même autorité, l’ensemble des transports publics, donnerait les moyens de se doter d’une intermodalité efficace et équitable pour tous les usagers d’une même agglomération. L’extension aux liaisons maritimes des compétences "transports publics" des intercommunalités concernées, permettrait de progresser vers une plus grande cohérence et efficience en ce domaine.

Dans la mesure où vous avez remis en chantier la réforme de la décentralisation, nous nous permettons de vous saisir de cette question afin que la desserte des îles puisse relever de la compétence des communautés d’agglomération auxquelles elles appartiennent, sans restriction aucune.

Ne doutant pas de l’attention que vous voudrez bien porter à notre demande, nous restons à votre disposition pour tout complément d’informations que vous jugeriez utile.

Vous remerciant par avance, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux.

Pour le COCIG
Didier Métayer
Secrétaire

... ET A :

PDF - 29.6 ko

M.Gwendal ROUILLARD
Député du Morbihan
126 Rue de l’Université
75355 PARIS 07 SP

Groix le 22 Novembre 2012

OBJET : Desserte maritime de Groix

Monsieur le Député,

Il y a un peu plus d’un an, nous avons eu l’occasion de vous faire part de la dégradation continue de la qualité du service public de la desserte maritime de notre île. Celle-ci se traduit notamment par la suppression d’un navire en hiver. De ce fait, les actifs faisant chaque jour la navette entre Groix et Lorient, voient l’amplitude de leur journée de travail fortement élargie. Les conséquences sont multiples et impactent directement leur santé et désorganisent leur vie familiale.
Outre qu’elles sont synonymes de réduction d’heures de travail pour les salariés d’Océane, ces nouvelles dispositions arrêtées par la Compagnie Océane , avec l’accord tacite du Département, menacent l’équilibre socio-économique de notre commune : transfert de pratiques d’achat, difficultés de livraisons pour les producteurs et les artisans, départs de jeunes couples avec enfants, baisse des effectifs scolaires, vieillissement de la structure démographique, isolement des personnes âgées, etc...

Au cours de notre entretien, nous avions suggéré la possibilité d’un transfert de compétence du département vers la communauté d’agglomération dont Groix fait partie. Alors que le projet de PDU de l’agglomération vient d’être soumis à enquête publique dans notre commune, nous souhaitons relancer cette réflexion, totalement absente de ce projet. Or, la liaison maritime est bien le support essentiel de notre appartenance à l’agglomération de Lorient et l’une des pièces maîtresses de tout projet de développement de l’île.

Le fait que le Département du Morbihan en soit aujourd’hui l’autorité organisatrice ne permet pas à Groix de tirer pleinement partie de cette appartenance et de la proximité du bassin de vie lorientais, de tisser des liens organiques indispensables à un développement économique équilibré, qui ne soit pas fondé sur le "tout tourisme".

Nous avons noté qu’un transfert de compétence avait déjà eu lieu entre le Département et Lorient Agglomération en ce qui concerne les liaisons Transrade, permettant la desserte coordonnée de quatre communes de l’agglomération. Notre proposition n’est donc pas hors propos.

Par ailleurs, la réforme de la décentralisation est actuellement en chantier et Mme LEBRANCHU, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction Publique, a d’ores et déjà annoncé qu’elle présenterait un projet de loi en cette fin d’année pour un examen par le Parlement au premier trimestre 2013. Dans ce contexte, l’extension aux liaisons maritimes des compétences "transports publics" des intercommunalités concernées permettrait de progresser vers une plus grande cohérence et efficience en ce domaine. Placer, sous une même autorité, l’ensemble des transports publics donnerait les moyens de se doter d’une intermodalité efficace et équitable pour l’ensemble des usagers.

Nous espérons que cette question retiendra votre attention, et restons à votre disposition pour toute rencontre ou complément d’informations que vous jugeriez utile.

Veuillez agréer, Monsieur le Député, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Pour le COCIG,
Didier Métayer

1 Message